Afin d’accompagner son développement sur le web, la société de bijouterie Maty a souhaité moderniser son système de production. En effet, à l’origine, spécialiste en vente à distance, Maty a également développé un site web marchand ainsi qu’une chaine de magasins physiques. L’ancien système logistique ne permettait pas de répondre efficacement à cette évolution. Les besoins magasins n’étant pas les mêmes que les attentes des consommateurs sur internet ou par vente à distance, il s’avérait compliqué pour Maty de rester dans un système logistique artisanal.

Le projet Mercure des bijouteries Maty

Grâce au projet Mercure, Maty a pu associer les opérations de picking et de rangement ainsi que les différents flux, liés à la vente à distance ou au réseau de bijouterie, sur une seule et même chaine de production automatisée. Les postes de travail ont été repensés notamment en matière d’ergonomie, de nuisance sonore ou de déplacement. La société a pu mettre en association ses ateliers et sa chaine logistique tout en offrant à ses employés de meilleures conditions de travail.

Comment ça marche ?

Dès réception chaque produit est conditionné individuellement, classé et mis sur un plateau qui rejoint la chaine de production automatisée. Grâce à un convoyeur automatique géré par un WCS chaque produit est orienté vers des postes de contrôle qualité. De l’authenticité au grammage en passant par l’origine et le contrôle d’aspect des pierres, tout est automatiquement contrôlé grâce à des ateliers autonomes spécifiques. Une fois vérifié chaque produit est mis dans un sachet individuel et reçoit un code barre  unique. Il est ensuite remis dans un bac et poursuit sa route sur le convoyeur automatique.

Un carrousel pour gérer les flux

Grâce à un ascenseur, le bac rejoint alors le premier étage pour y être prélevé ou stocké. Le convoyeur permet de gérer les deux flux de production sans erreur. Si le produit est stocké, il rejoint une armoire rotative Kardex gérée par le WMS (Gildas de l’éditeur KLS). Chaque bac est acheminé vers un carrousel qui oriente le produit soit vers une armoire soit vers la chaine de préparation de commandes.

Quand l’article est prêt pour partir sur la chaine de commande, l’opérateur est informé via une diode. L’article est alors prélevé et scanné puis mis dans un bac à destination soit de la chaine V.A.D. soit de la chaine de commandes des bijouteries.

L’association automatique

Sur la chaine bijouterie, les informations liées à la désignation et au prix sont déposées sur un plot. L’opérateur reçoit ainsi des produits et des plots qu’il a en charge d’assembler grâce à un scanner. Une fois associés, chaque produit et son plot correspondant sont mis en sachets individuels et rejoignent le sachet des autres commandes issues de la même bijouterie. Le sachet « magasin »  est alors remis dans un bac sur le convoyeur et ira rejoindre un colis sécurisé pour la fermeture et la mise à l’expédition.

La chaine VAD et le robot Kamido

Sur la chaine dédiée à la vente à distance le robot Kamido assure la dépose de l’écrin correspondant au produit. Le bac est ensuite convoyé vers un opérateur. Grâce à un système de diodes, le WCS guide l’opérateur. Celui-ci dépose alors les cadeaux et les documents promotionnels associés au produit et à son écrin. Le bac est alors orienté soit vers la mise en colis, soit vers les ateliers de personnalisation Maty. Chaque produit est mis dans son écrin de façon artisanale. La mise en colis est également automatisée grâce au convoyeur.

Tout en préservant son image de qualité haut de gamme, Maty a su transformer son outil de production pour s’adapter aux besoins de son nouveau marché. Grâce à l’automatisation de sa chaine logistique cross-canal, les délais sont plus courts, les erreurs sont quasi impossibles et les postes de travail sont plus agréables.